Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 17:00

 

Tristesse Moribonde

 

Les brumes glaciales du matin avaient vu s'enfuir

Tous les esprits errants, familiers de ces lieux.

Nul ne goûterait à la peine de sentir souffrir

Cette ombre assise, aux pieds de ce chêne silencieux.

 

Ses pieds sont nus et pâles dans son habit funèbre.

Tous les sentiments de cet homme maudit

Semblent s'échapper de ce sombre corps amaigri.

Ses faibles bras livides pendent, ouverts aux ténèbres.

 

Et comme le sang s'écoule de mes poignets meurtris,

Souillant la terre et cette nature morte,

Mes yeux presque ouverts se troublent d'un voile infini.

 

MrTimmy

 

Partager cet article
Repost0

commentaires